Atelier Galerie Lafouresse, Restauration de tableaux, Bayonne, Pays Basque Tableaux peintures régionales basques et landes
AccueilAtelier de restaurationGalerie de TableauxPartenairesContact

Recherche rapide
Recherche avancée

Par Artiste

Par Ecole

Revenir au dernier tableau consult Voir tous les tableaux de ce peintre

Pour revenir au dernier tableau consult,
cliquez sur l'image

Nom du peintre : Lailhaca Joseph

Ecole : Française

Dates : Bordeaux, 1876 ; Bordeaux, 1920

Biographie : En 1936, la société des artistes de Guyenne, alors présidée par le céramiste René Buthaud, rendait un hommage tardif au peintre Joseph Lailhaca, dans le cadre du salon de L'OEuvre. Quelque vingt-quatre peintures avaient été réunies avec le concours de ses proches et plus particulièrement celui de ses deux soeurs. La générosité de l'une d'elles permit encore au musée des beaux-arts de s'enrichir d'un Paysage bucolique. Ce tableau demeurait, avec un Paysage homérique acquis par le musée des années 1930, l'un des rares témoignages, conservés dans les collections publiques, de l'activité d'un artiste qui participa régulièrement aux expositions bordelaises de la Société des amis des arts, de 1905 à 1920, et figura plus modestement au salon des Artistes français entre 1907 et 1914. Ami de jeunesse de Charles Kunstler qui en louera la culture et la finesse d'esprit, Joseph Lailhaca a joué, à Bordeaux, un rôle manifeste dans l'essor du courant néoclassique, en exerçant aussi une influence déterminante sur la genèse de l'oeuvre de Jean Dupas. Robert Coustet ne s'y est pas trompé quand il fit l'acquisition de ce tableau délicat, objet d'une convoitise indispensable à la démonstration qu'il avait entreprise. Discrètement historié par la présence d'une femme drapée de rouge, ce lumineux paysage évoque la veine poétique des compositions de Jean-Baptiste Vettiner. Cet ancien condisciple de Lailhaca à l'école municipale de dessin, qui fut l'illustrateur occasionnel des Géorgiques chrétiennes (1919) de Francis Jammes, partageait son engouement pour les anciens poètes alexandrins. À la différence de Vettiner, Lailhaca ne s'attachait pas seulement à la vertu du dessin et à la concision du sujet, il prônait à la fois l'équilibre des formes et l'harmonie du coloris. Il savait accorder le relief adouci et l'azur généreux du Pays basque. Après les dunes du Bassin d'Arcachon, les bords de Garonne, la forêt des Landes, c'est la région qu'il chérira le plus. Il en a élargi la vision arcadienne à la lecture de Virgile et de Théocrite, dédaignant le folklore et le pittoresque qui séduiront davantage Ramiro Arrue, François-Maurice Roganeau, Camille de Buzon ou Albert Bégaud.
t exte: Portail des collections des musées de France

Accueil | Atelier de restauration | Galerie de tableaux | Partenaires | Contact
Atelier Galerie Jean Bruno Lafouresse | Mentions légales | Une réalisation WebPlanete.com